Chitour se prononce sur l’enseignement en Anglais/Français en Algérie

Algérie – Le ministre de l’Enseignement supérieur Chems Eddine Chitour s’est exprimé sur le « sujet controversé » des langues étrangères dans l’université algérienne.

Lors d’une conférence de presse organisée ce dimanche 19 janvier, à l’occasion de l’inauguration du colloque des Instituts Nationaux de Recherche; le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique le Professeur Chems Eddine Chitour s’est prononcé sur l’usage de l’anglais ou du français dans l’enseignement universitaire en Algérie notamment dans le cadre de la recherche scientifique; rapporte le média arabophone El Bilad.

Ainsi, le ministre et ingénieur de l’Ecole polytechnique d’Alger a affirmé qu’il « n’était pas intéressé de savoir en quelle langue l’enseignement se faisait à l’université »; ajoutant que le plus important pour lui résidait dans « le contenu et le niveau du programme universitaire que ce soit en langue française ou en langue anglaise. »; précise la même source.

Dans ce sens, le ministre Chems Eddine Chitour exprimé son intention de « tendre la main » aux professeurs et aux universitaires tout en appelant les chercheurs à s’engager dans cette voie pour réformer l’éducation supérieure en Algérie dans un cadre de concertation et d’échange fructueux.

Pr Chitour a par ailleurs annoncé l’organisation d’un salon national visant à promouvoir les meilleurs projets de recherche; affirmant que 20% d’entre eux devraient être transformés en projets réels en particulier dans les disciplines scientifiques.

L’anglais ou le français ? telle est la question..

Il est utile de rappeler que le prédécesseur de Chitour, à savoir Tayeb Bouzid; avait amorcé le renforcement l’enseignement de l’anglais au sein des universités algériennes. En effet, ce dernier avait adressé en juillet dernier une note aux recteurs; leur demandant de rédiger les en-têtes des documents administratifs en arabe et en anglais, excluant de fait la langue française.

Dans le même sillage, un sondage faisant état de la « substitution du français par l’anglais » dans l’université avait été mis en ligne le 5 juillet dernier; par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique sous Bouzid. L’enquête avait récolté plus de 95 % de votes favorables au remplacement de l’anglais par le français au sein de l’université algérienne.

Néanmoins, cette démarche jugée comme étant « populiste » par l’opinion publique avait été vivement critiquée par des pédagogues et des enseignants; estimant que l’enseignement supérieur algérien était une nouvelle fois la cible de projets politiques.

https://www.facebook.com/AwrasMedia/videos/174490990587950/

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes