Algérie : Clash autour de l’enseignement en arabe/français à l’école

Algérie – Le débat sur les langues d’enseignement dans l’école algérienne est relancé, suscitant toujours de vives réactions du côté des francophones comme du côté des arabophones.

Invités sur le plateau de la chaîne arabophone El Bilad, deux jeunes militants politiques, en l’occurrence Habib Brahmia du mouvement Jil Jadid, parti d’opposition à tendance progressiste face au militant Toufik Hichour du mouvement Azm mouvement politique conservateur, ont débattu sur le sujet controversé des langues de scolarisation en Algérie.

« Nous pensons à Jil Jadid que les enfants doivent apprendre toutes les langues. Le français, l’anglais, tamazight, le chinois l’allemand ou encore l’italien. […] Pour nous, le français comme langue d’enseignement ne pose aucun problème. Ne tuons pas une langue [le français] ou une autre pour des raisons idéologiques »; a déclaré Habib Brahmia.

Le français, une langue « improductive » ?

Malgré la généralisation de l’enseignement en langue arabe dans les années 70, le français a néanmoins gardé une place privilégiée en Algérie en dépit des critiques lancées depuis quelques années par les courants arabisants et conservateurs qui reprochent à la langue française son « incompatibilité » avec le monde de la recherche scientifique, une raccourci simpliste pour justifier le retard dans le développement de l’Algérie.

« Si l’on affirme que la langue française n’est plus une langue productive [de recherche scientifique], il faut en dire autant concernant la langue arabe »; a souligné le militant de Jil Jadid avant d’être interrompu par le militant de Azm, Toufik Hichour qui l’a accusé de « défendre ouvertement » le français au détriment de l’arabe.

« La langue arabe est une langue productive. […] Vous avez mis la langue française avant la langue arabe et c’est pour cela que je vous ai interrompu. »; a rétorqué Toufik Hichour, ajoutant que « si l’Algérie veut se développer, elle devrait jeter la France derrière elle. »

Toufik Hichour poursuit en s’attaquant cette fois-ci aux francophones. « [En réponse à Habib Brahmia], le français ne constitue pas un danger pour l’école algérienne mais ceux qui portent la France dans leur cœur sont le réel danger pour l’école algérienne. », a-t-il conclu.

https://www.facebook.com/elbilad/videos/129693684912616/

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes