Décès de Blaha Benziane (Nouri) : L’équipe d’Achour El Acher consternée

Algérie – L’acteur Blaha Benziane, qui incarnait Nouri, a tiré sa révérence et laisse ainsi son public et la sphère artistique, à leur tête l’équipe de la série Achour El Acher dirigée par Djaffar Gacem, en deuil. 

Les compagnons de Blaha Benziane dans cette aventure artistique et humaine à trois volets, qui est Achour El Acher dans lequel il jouait Nouri, un feuilleton très regardé en Algérie, se déplacent au domicile du regretté comédien pour apporter leur soutien à la famille. Sur les images diffusées par Echorouk News, on distingue plusieurs figures de la série étreindre un homme.

Ce dernier paraît être le frère du défunt. L’atmosphère ambiante est celle du soutien mutuel et du recueillement. Les images bien que muettes laissaient transparaître un émoi généralisé. Du monde entourait les deux familles de l’artiste disparu. À savoir celle du « sang » et celle de « l’art ». Les différents partenaires de Blaha Benziane ont livré leur témoignage sur cet homme à l’humour constant et inépuisable.

Leurs dires signifient clairement qu’ils se souviendront tous d’un artiste talentueux et passionné, au cœur généreux. Le réalisateur Djaffar Gacem a donné son témoignage au micro de la chaîne arabophone.

Blaha Benziane disparu : Djaffar Gacem témoigne 

L’homme qui fait de la mise en scène et de la direction d’acteurs la vocation de sa vie montre l’attachement profond et l’immense estime qu’il continue de porter pour la personne de l’artiste qui n’est plus. Il est à noter que la collaboration des deux hommes ne date pas du « Sultan Achour 10 ». Elle remonte à de longues années d’association fructueuse. 

« C’était un homme au grand cœur et un artiste d’exception. Il a dédié toute sa vie à l’art », soutient Djaffar Gacem. Celui-ci s’exprime dissimulant les émotions fortes qui se lisent sur son visage et sa gestuelle. « Même quand il était souffrant, il tournait avec moi », poursuit l’intervenant. « Il me disait qu’il allait continuer avec moi jusqu’à la fin », ajoute le cinéaste. 

« Ça fait uniquement deux jours de cela, il m’a appelé pour me demander quand est-ce nous allions tourner une saison 4 de Achour El Acher ». Pour Djaffar Gacem, il s’agit là d’une preuve qu’il aimait son métier. « Il n’aimait pas l’argent. Ce qui le captivait, c’était l’art. Et au même orateur de conclure : « C’est pour ça que je dis que la disparition de Blaha Benziane est une perte à la culture et au cinéma ».

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes