Algérie : Le journaliste Khaled Drareni libre, il sort de prison

Algérie – Le journaliste Khaled Drareni est libre. Concerné par la grâce présidentielle, le journaliste a quitté ce 19 février 2021, la prison de Koléa où il était incarcéré depuis le 28 mars 2020.

Le journaliste Khaled Drareni est enfin libre. Il a quitté, en début de soirée de ce vendredi 19 février 2021, le centre pénitentiaire de Koléa. Il y était en effet détenu depuis le 28 mars 2020.

Le jeune journaliste, devenu le symbole du combat pour la liberté de la presse en Algérie, a été libéré dans le cadre de la mesure de grâce présidentielle. Le président Abdelmadjid Tebboune l’a accordé à un certain nombre de détenus. Ces derniers ont bénéficié de cette mesure à l’occasion de la journée nationale du Chahid et du deuxième anniversaire du Hirak.

A sa sortie de prison, où il était attendu par une foule qui lui a réservé un accueil chaleureux, le journaliste Khaled Drareni a fait quelques déclarations. Il a ainsi indiqué qu’il « remerciait tous les gens qui se sont sympathisés avec lui et avec les détenus d’opinion ». Le journaliste a poursuit en assurant qu’il « continuera son combat pour une presse libre et indépendante ».

D’autres détenus d’opinions incarcérés dans plusieurs prisons à travers le pays se sont également vu leur remise en liberté aujourd’hui. Il s’agit, selon ce qu’a rapporté le Comité national pour la libération des détenus (CLND), de Badi Allal (Tamanrasset); Lahcen Ben Cheikh (Bordj Bou Arreridj); Mohamed Naili (Tebessa); Allal Kadari et kouider Becharef (Saïda), Mohamed Athmane (M’Sila); Touhami Abdelmalek (Ain Salah); Ali Mokrane (Chlef), Mohamed Amine Belmokhtar (Alger) Sofiane Slimani (Oued Souf), Aissam Sayeh (Tlemcen); Nabil Bahloul (Bordj Bou Arreridj). D’autres détenus devront quitter la prison dans les heures à venir.

Grâce présidentielle accordée aux détenus en Algérie : Les précisions du ministère de la Justice

Le ministère de la Justice a en effet, apporté, ce vendredi 19 février 2021, dans un communiqué, sur la grâce présidentielle accordée par le président Tebboune; à un certain nombre de détenus.

Le président de la république a accordé la grâce présidentielle pour 21 personnes condamnées à la prison ferme pour des actes liés à l’utilisation des réseaux sociaux ou commis lors des rassemblements, et tous ont été libérés ce vendredi 19 février 2021.

Les autorités judiciaires compétentes ont également commencé; à compter d’aujourd’hui, à libérer les personnes qui n’ont pas été définitivement condamnées et impliquées dans des actes similaires.

Ainsi, le nombre total de personnes libérées des deux catégories jusqu’au moment de la rédaction de cette déclaration a atteint 33 personnes; a indiqué le même communiqué qui a précisé que les procédures se poursuivent.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes