Bourse d’Alger : Chute des transactions de 68,48 %

Algérie – La COSOB a révélé, dans son dernier rapport annuel, la baisse considérable du taux global des échanges au niveau de la bourse d’Alger de 68,48 % en 2020. 

En effet, l’année 2020 a été marquée par la pandémie du coronavirus qui a fait souffler un vent de panique sur les marchés financiers internationaux, la bourse d’Alger n’y ait pas échappé. Le dernier rapport annuel qu’a établi la Commission d’organisation et de surveillance des opérations de bourse (COSOB). Le quotidien arabophone El Mihwar l’a repéré, le 6 avril 2021.

Le document avance que les valeurs de la bourse des échanges a diminué de 68.48 % comparées aux résultats de l’année 2019. D’après le bilan effectué par l’autorité de régulation, c’est en raison de la Covid-19, d’une part. Et à cause de l’absence persistante d’attractivité du marché financier algérien, d’autre part.

Le volume global des échanges en Bourse a chuté de 64,83% en un an, en atteignant 87.796 titres en 2020 contre 249.696 titres en 2019. Le rapport de la COSOB fait état d’une perte de la capitalisation de la bourse de 4,23 %. Un taux équivalant à 42,881 milliards de dinars en 2020. Cette baisse due à l’épidémie, mais aussi à la radiation de la NCA Rouiba des cotations.

Les sanctions émises par la COSOB

La capitalisation boursière représente un peu plus de 0,1 % du PIB en 2020, un faible pourcentage de la contribution de la bourse d’Alger au financement de l’économie, ajoute le même rapport. À noter qu’en 2020, aucune transaction ou émission de cession de valeurs mobilières sur le marché primaire n’a été enregistrée. 

Concernant l’aspect juridique, la COSOB propose une nouvelle version développée du projet de la loi portant sur la Bourse des valeurs mobilières menant des enquêtes sur d’éventuelles violations de la loi relative à la bourse.

Par ailleurs, le Comité de régulation a pour intention d’inclure la possibilité d’appeler des témoins et d’entendre toute personne ayant des informations sur les violations de la loi relative à la bourse et d’instaurer des « sanctions pécuniaires » pour non-participation à une session ou refus de fournir des informations à la COSOB. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes