Finance islamique en Algérie : Crédits «Halal» pour l’achat du bétail

Algérie – PDG de la banque algérienne de l’agriculture et du développement rural (BADR), Mohand Bourai a annoncé le lancement de nouveaux produits de finance islamique, à l’instar de crédits « Halal », dédiés aux agriculteurs. 

En effet, la Banque de l’agriculture et du développement rural a officiellement lancé des services de finance islamique en Algérie à l’image de crédits « Halal ». Ils se destinent principalement aux agriculteurs. À travers quatorze (14) produits, dont huit (8) entrent dans le cadre de la formule « Mourabaha ». Ils concernent le financement pour l’acquisition notamment de transport de matériaux. 

Ça sert aussi dans la fourniture de matière première ainsi que dans la modernisation des équipements. Mais aussi en ce qui porte sur l’acquisition de bétail, d’engrais et de graines. Le tout conformément à la loi islamique. C’est dans une déclaration faite à Echorouk, le 9 mai, que le directeur général de la Banque d’agriculture et du développement rural, Mohand Bourai s’est exprimé. 

Il a alors révélé le lancement officiel de ces services « Halal » au niveau de son institution à travers 14 produits d’épargne. Le lancement a été effectué à la place du 1er novembre, dans la ville Blida. Mohand Bourai a expliqué que ces services islamiques seront répartis séparément des services et prêts traditionnels. Il a ajouté, par la suite, que le client aura le libre choix entre ces deux formules.

Une campagne de sensibilisation pour les crédits « Halal »

Le responsable de la BADR a également souligné un élément de plus. Il a indiqué que ces services islamiques seront appliqués à travers 15 agences de la banque. Dès lors, des campagnes de sensibilisation seront diffusées, d’après l’orateur. Ce sera pour informer au mieux les agriculteurs et les citoyens du contenu de son nouveau concept. 

L’intervenant a affirmé que les endroits inclus dans des zones agricoles, tel que Oued Souf, seront avantagés. Toutefois, cela n’exclut pas la diffusion du concept au niveau national. Quatre (4) livrets d’épargne sont alors proposés par la BADR. Il s’agit d’un livret d’épargne qui produit des bénéfices et un livret islamique pour les agriculteurs. Puis, un livret d’épargne islamique pour les jeunes

On a enfin un livret d’épargne sans rendement. En somme, avec cette mise en avant des produits islamiques, la BADR élargit effectivement son champ de financement. Par conséquent, sa clientèle grandira également. Telle chose en offrant la possibilité aux investisseurs, réticents de contracter des crédits à cause de la notion de l’usure « Riba », de recourir à des prêts relevant de la finance islamique

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes