Importation de voitures en Algérie : le premier agrément délivré avant l’Aïd ?

Automobile – En Algérie, on guette avec impatience la concrétisation de la décision de reprise de l’importation de voitures neuves de l’étranger une fois l’agrément attribué à chaque concessionnaire approuvé. Certains échos proches du dossier font état d’un premier agrément qui serait octroyé avant l’Aïd El Adha que seuls deux jours nous séparent de lui ce 18 juillet 2021. 

Selon le média Car Vision, certaines sources bien au fait du dossier évoquent une lueur d’espoir pour ceux qui souhaitent reprendre leur activité de concessionnaire automobile.  Beaucoup attendent,donc, l’octroi de l’agrément pour l’importation de voitures en Algérie. D’après le média spécialisé, le tout premier serait délivré aujourd’hui ou demain. C’est-à-dire ce dimanche ou à la veille de la fête religieuse.

L’homme à la tête du ministère de l’Industrie était l’un des plus francs partisans de la reprise de l’importation de véhicules dans notre pays. C’était du temps où il était au Parlement. Aujourd’hui, il est premier responsable du secteur industriel. De ce fait, il incarne les attentes de concessionnaires automobiles à l’arrêt. Et celles des citoyens espérant le retour en question afin de s’approprier une voiture.

Aucune déclaration officielle n’est pour l’instant venue corroborer les bruits qui courent quant à la distribution d’un premier agrément avant l’Aïd El Adha de l’année 2021. Toutefois, le tour n’est pas encore joué. Seules les prochaines 48 heures trancheront là-dessus. D’ici là, l’attente des professionnels du domaine et des clients à la recherche d’un véhicule reste d’actualité.

Avec la numérisation, les dossiers des concessionnaires seraient traités plus rapidement ?

Pour le bon déroulement et l’efficacité des projets en vigueur, le ministre de l’Industrie a tenu plusieurs réunions avec les directeurs. Mais également les cadres et fonctionnaires de son secteur. Dans la page officielle du ministère de l’Industrie sur Facebook, on précise que ces réunions se sont déroulées du 10 au 15 de ce mois-ci. Lors de ces échanges, différents obstacles et difficultés ont été abordés pour apporter des solutions concrètes. 

Ainsi, le ministre a renouvelé son appel aux cadres du ministère. Il les incite à trouver de nouvelles méthodes de travail. Il s’agit donc de façons de faire qui soient plus efficaces. C’est pour optimiser les performances de l’administration centrale. Et ses différents services régionaux. La finalité consiste à améliorer le climat des affaires. Et pousser l’investissement productif pour la richesse et l’emploi.

À cet égard, il insiste sur la nécessité de numériser tous les mécanismes de travail du ministère. Et généraliser d’urgence l’utilisation des technologies modernes de l’information et de la communication. C’est pour conférer une forme de transparence et donner de l’intégrité dans la gestion. Celle des dossiers d’investissements public et privé. 

Mais aussi contrôler l’efficacité de la gestion des complexes publics. Avec des services numérisés, l’accueil et l’étude des dossiers ainsi que la délibération et puis le traitement des recours des distributeurs automobiles auraient pu être moins chronophages. C’est ce qu’estiment des avis qui se penchent sur le marché des véhicules en Algérie.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes