Pegasus : la liste des Algériens espionnés par le Maroc

Algérie – Des milliers de téléphones algériens ont été espionnés par le Maroc, à l’aide du logiciel de l’entité sioniste Pegasus. Nous exposons pour vous, ce mercredi 21 juillet 2021, une liste de certaines personnalités ciblées par cette opération d’espionnage.

Effectivement, Le Makhzen s’est empêtré dans une vaste affaire de cyberespionnage, prenant pour cible plusieurs personnalités à travers le monde. L’Algérie n’a pas été épargnée de cette opération. En effet, le Maroc a espionné plus de 6.000 Algériens, en utilisant le logiciel d’espionnage, Pegasus. Voici sans plus tarder une nomenclature comportant les noms de certaines personnalités algériennes victimes.

En effet, le Royaume marocain fait l’objet d’accusations dans l’affaire du logiciel Pegasus, développé par l’entité sioniste, NSO. Le programme exploité à grande échelle pour espionner, entre autres, des Algériens occupant les postes de militaire, diplomate et chef d’entreprise. Le Maroc a ciblé également des hauts responsables politiques et des chefs de partis en Algérie. C’est de toute manière ce dont nous informe le média Algérie Eco

Des noms de personnalités algériennes ciblées sont dévoilés. On y trouve celui d’Ahmed Gaïd Salah, l’ancien chef d’État-Major au sein de l’Armée nationale populaire, décédé en 2019. Ou encore le général Wassini Bouazza, l’ancien patron de la sécurité intérieure. Les frères et sœur d’Abdelaziz Bouteflika sont aussi victimes de cette opération d’espionnage. À savoir, Saïd, Nacer et Zhor. Il s’agit des noms relayés par le média susmentionné.

Les Algériens espionnés par le Maroc : plus du détail

Figure aussi dans la liste le chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra. Ainsi qu’Abdelkader Messahel, Noureddine Bedoui et Nourreddine Ayadi. Ces derniers ont occupé successivement les postes de secrétaire général de la tutelle des Affaires étrangères. Puis de directeur de cabinet de la Présidence de la République. Il s’agit là encore de ce que mentionne la même source médiatique.

Si le Royaume chérifien semble avoir majoritairement visé des figures politiques, les chefs d’entreprise n’ont pas été épargnés pour autant. Selon les révélations du même média généraliste, le Makhzen espionnait, également l’ancien patron du Forum des Chefs d’Entreprise (FCE) Ali Haddad. La source susvisée cite aussi Abdelaziz Rahabi et Zoubida Assoul.

Pour mémoire, les services secrets du Royaume marocain ont également piraté les téléphones mobiles des journalistes de Mediapart. On parle ici de Edwy Plenel et Lénaïg Bredoux. Le site d’information a affirmé avoir porté plainte auprès du procureur à Paris.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes