Psychologie : une chercheuse algérienne distinguée en Malaisie

Algérie – Une chercheuse algérienne arrive à percer dans les plus grandes universités de Malaisie dans le domaine de la psychologie et est sur le point d’ouvrir sa propre clinique en Algérie.

On vous présente ci-dessous le récit incroyable d’une jeune Algérienne qui a bravé toutes les difficultés afin de faire de son rêve une réalité. Il s’agit donc de Nadjet Aknouche. L’Algérienne a commencé ses études à l’université de Bouzareah pour devenir une chercheuse en psychologie très renommée en Malaisie.

En outre, lors d’un entretien accordé au quotidien arabophone Echorouk ; Nadjet déclare que son penchant pour la psychologie vient probablement de son enfance qui n’a pas toujours été facile. L’interlocutrice confie donc qu’elle avait perdu son père très jeune, lorsqu’elle avait à peine sept (07) ans. 

Ce qui a, sans grand étonnement, chamboulé sa vie qui a été semée d’embûches et de difficultés après le décès d’un des piliers de la maison. Cependant, et grâce à sa volonté d’acier ; la jeune femme a pu contourner les difficultés et a brillé durant tout son parcours scolaire. Ce qui lui a permis de rejoindre les bancs de la fac dans la spécialité qu’elle a tant rêvé étudier. 

C’est à l’université de Bouzareah (Alger) que Nadjet a fait ses premiers pas en psychologie. L’Algérienne ne voulait pas se contenter de peu et ambitionnait en secret de poursuivre ses études à l’étranger. Cependant, et pour des raisons propres à Nadjet, ce rêve ne pouvait jamais se réaliser, rapporte le quotidien susmentionné. 

Qu’est-ce qui a permis à Nadjet de s’envoler vers la Malaisie ?

C’est à l’issue d’un mariage que la jeune chercheuse a pu accomplir un de ses rêves les plus fous. Ainsi, le destin a voulu que Nadjet se marie avec un homme de Malaisie. Ce qui lui a permis, entre autres, de voyager à destination de l’Asie. Les universités étant renommées pour être très compétentes là-bas ; la jeune Algérienne n’a pas réfléchi plus que ça et a décidé d’entamer des études dans une des plus grandes universités en Malaisie. 

Au fil des mois, la jeune étudiante s’est vite démarquée et a pu décrocher avec mérite le titre de meilleure étudiante dans les plus grands établissements universitaires de Malaisie. Dans le détail, Nadjet a confié lors du même entretien qu’elle s’est spécialisée dans la thérapie comportementale et cognitive ou également connue sous l’abréviation de TCC.

C’est en fait une psychanalyse qui regroupe un ensemble de traitements des troubles psychiatriques. Celle-ci partage alors une approche qui doit être fondée sur les connaissances issues de la psychologie scientifique. 

Les autres prouesses de Nadjet Aknouche

Outre son cursus universitaire très admirable et honorant ; Nadjet Aknouche a aussi pu percer autant que professeur. En effet, la chercheuse a obtenu un diplôme de doctorat en psychologie ce qui lui a permis de présenter des conférences dans les plus grandes universités de Malaisie.

Et comme dans son rôle d’étudiante ; Nadjet a pu briller dans le domaine de l’enseignement pour devenir une des meilleures professeures d’université en Malaisie. La psychologue a également eu le mérite d’être titulaire d’une ribambelle d’autres diplômes aux États-Unis

C’est donc armée de connaissances et de compétences que Nadjet Aknouche retourne dans son pays natal. Cela afin d’ouvrir, dans les prochaines semaines, sa propre clinique spécialisée dans la thérapie comportementale et cognitive qui serait située à Bordj El Bahri (Alger). C’est en tout cas ce que rapporte la même source. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes