La suspension de l’importation de voitures en Algérie durera jusqu’à quand ?

Algérie – Les premiers agréments pour l’importation de voitures en Algérie n’ont toujours pas vu le jour et le pays se dirige vers une nouvelle suspension de cette activité. Dzai Daily vous dit tout ce jeudi 22 juillet 2021.

C’est vrai que le marché de l’automobile dans le pays demeure en suspens depuis de nombreuses années. Aucune annonce officielle n’a jusque-là été divulguée en ce qui concerne la reprise de l’importation ou la construction des voitures en Algérie, ou même, sur la prolongation de la suspension de ces activités. Auto Jazair nous en a dévoilé davantage de détails sur le sujet.

En effet, même si un nouveau ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar en l’occurrence, vient à peine de prendre ses fonctions au sein du Gouvernement. Le responsable a, tout de même, tenu à reprendre rapidement les projets en suspens et veiller à traiter les dossiers les plus propices, mais surtout, les plus urgents.

Cependant, les citoyens algériens attendent toujours que ces dirigeants se penchent particulièrement sur le dossier de l’automobile. Ainsi, octroyer les agréments aux concessionnaires afin qu’ils puissent démarrer cette activité d’importation de voitures depuis l’étranger.

Il est à noter que ces opérateurs économiques ont déjà déposé leurs dossiers conformément au cahier des charges allégé et modifié par les services de l’ancien ministre. Cela dit, le Comité technique a fait ressortir quelques réserves de fond à certains postulants. Ces derniers qui ont dû revoir depuis leurs dossiers. Sauf que, à ce jour, le silence règne toujours et le sort de ces concessionnaires reste flou.

Automobile en Algérie : pour quand l’attribution des premiers agréments ?

En outre, le 24 juin dernier, le responsable des deux comités techniques chargés des dossiers de construction et d’importation des voitures neuves en Algérie, s’est prononcé à ce sujet. De plus, le locuteur a même déclaré lors de son intervention sur le plateau de la chaîne Echorouk, que les premiers agréments vont être délivrés en l’espace d’une semaine.

De ce fait, de nombreux citoyens algériens ont eu, comme une lueur d’espoir. Cela, avant de réaliser qu’on leur a juste vendu du rêve. Nous voilà, après un mois de cette annonce, sans le moindre agrément attribué. D’autant plus que de nombreuses autres entreprises s’attendent à la reprise de cette activité pour des raisons professionnelles.

À présent, ceux qui sont dans le besoin imminent d’une voiture se trouvent face à des opérateurs privés qui ramènent des véhicules de l’étranger avec la licence des Moudjahidines. Ou encore, des usines qui proposent des voitures assemblées en Algérie. Sauf que les prix pratiqués restent exorbitants et en constante hausse.

Par conséquent, la seule solution pour faire face à ce dilemme serait d’accélérer le processus. Et ce, afin de permettre aux concessionnaires de démarrer cette activité d’importation dans les plus brefs délais. Ce marché pourra, de ce fait, respirer à nouveau; et les citoyens pourront se permettre l’achat d’un nouveau véhicule tant espéré

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes