Turquie : Un ministre Turc avertit l’Algérie et les pays du Maghreb

Algérie – Le ministre des Affaires étrangères turc a mis en garde les pays du Maghreb dont l’Algérie, sur la propagation de la crise en Libye dans la région.

La Turquie a averti une nouvelle fois les pays maghrébins sur le risque de propagation du la crise Libyenne; qui risque de causer « le chaos » dans les pays limitrophes, dont l’Algérie qui, pour rappel, partage une frontière continue de 982 kilomètres avec la Libye.

En effet, le ministre des Affaires étrangères turc, Mevlut Cavusoglu a déclaré hier, samedi 28 décembre; que des forces occultes cherchaient à créer le « chaos » en Libye.« Si aujourd’hui la Libye devient comme la Syrie; les autres pays de la région ne tarderons pas à suivre », a déclaré Mevlut Cavusoglu lors d’une réunion du Parti de la justice et du développement (AK Parti); cité par l’agence de presse Reuters.

« Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher le déchirement de la Libye. La Libye ne doit pas sombrer dans le chaos. »; a-t-il ajouté, en évoquant l’accord militaire signé avec le GNA Libyen.

La Libye, une bombe à retardement pour l’Algérie ?

Les propos tenus par le ministre des Affaires étrangères turc Mevlut Cavusoglu rappellent les déclarations du ministre libyen de l’intérieur du GNA, Fethi Bachagha qui avait affirmé en ces termes; « Si Tripoli tombe, Tunis et Alger tomberont à leur tour. »

Notons par ailleurs que le président de la République Abdelmadjid Tebboune avait réuni en urgence, le 26 décembre dernier; le Haut conseil de sécurité pour examiner la situation sécuritaire dans les pays limitrophes à l’Algérie, notamment du côté Libyen qui commence à constituer un réel de déstabilisation de la région nord africaine.

En outre, rappelons le président turc Recep Tayyip Erdogan; a annoncé jeudi 26 décembre dernier, son intention d’ordonner une intervention militaire en Libye en envoyant ses troupes pour combattre aux côtés du gouvernement d’union nationale (GNA) de Tripoli face au maréchal Khalifa Haftar; commandant en chef de l’Armée nationale libyenne (ANL).

Pour l’heure, le président Erdogan attend l’approbation du Parlement turc de la motion pour l’envoi des troupes turques en Libye; dès la reprise des travaux du Parlement, le 7 janvier prochain.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes