USA : une Algérienne honorée par l’université de Harvard (Vidéo)

Algérie – Une jeune étudiante algérienne a été honorée, cette année par l’université américaine d’Harvard. On vous présente, ce 20 juin 2021, le portrait de la jeune femme. 

Il s’agit donc d’une jeune étudiante qui répond au nom d’Ikram Ais. Celle-ci a représenté fièrement les couleurs de notre pays dans une des meilleures universités au monde. En effet, l’Algérienne Ikram Ais a été honorée, le 26 mai dernier, par la prestigieuse université d’Harvard. 

Parmi plus de 660 étudiants, Harvard attribue chaque année à un seul étudiant seulement, l’honneur de représenter la « Citoyenneté et le leadership social ». Pour l’année 2021, c’est l’Algérienne Ikram Ais qui a eu l’opportunité de symboliser ces valeurs. Originaire de la wilaya de Mascara, la jeune femme est issue d’une famille d’agriculteurs.

Elle a commencé ses études en Droit à l’université d’Oran 2. Après sa première année, l’étudiante a voulu tenter sa chance en participant au programme MEPI Student Leaders. Ce dernier est, en fait, un programme financé par l’ambassade des États-Unis d’Amérique.

Ce qui a permis à Ikram d’acquérir plusieurs notions, dont notamment la manière de devenir un bon entrepreneur de projets. C’était donc la voix qu’a choisi l’Algérienne pour accéder à son rêve de carrière très ambitieux. C’est celui de devenir un jour juge au Conseil constitutionnel algérien. 

Ikram Ais raconte son mal du pays

Si tout réussi à Ikram Ais concernant ses études, elle reste toutefois très nostalgique de son pays. Effectivement, lors d’un entretien, la jeune femme confie que ses parents ainsi que ses sœurs lui manquent énormément. Ce qui n’a pas été arrangé par la propagation du coronavirus qui a impliqué la fermeture des frontières pendant plus d’une année en Algérie. 

Ikram déclare également avec amusement qu’elle rêvait, des fois, de manger les bons plats mijotés de sa mère. Pour changer de sujet, la jeune étudiante a aussi fait part d’une autre anecdote dont elle a été surprise sur le coup. Il s’agit donc du fait que les œuvres du juriste algérien très réputés Mohamed Bedjaoui soient étudiés à l’université d’Harvard. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes